Les formations possibles pour salariés déjà en poste

Un salarié en poste dispose de plusieurs solutions pour se former. Tout en gardant son salaire, il peut prendre le temps de peaufiner son projet. Zoom sur les diverses formations possibles.

CIF (Congé Individuel de Formation) :

Il permet de mettre en suspens son contrat de travail le temps de suivre une formation. Sa durée minimum est de 30 heures et peut aller jusqu’à une année maximum en ce qui concerne une formation à temps plein et à 1200 heures pour une formation à temps partiel. Il convient de se renseigner auprès du service RH de votre entreprise ou d’un établissement de formation.

CPF (Compte Personnel de Formation) :

Mis en place depuis le 1er janvier 2015, les particuliers l’activent en ligne sur le site officiel. Ensuite, il est provisionné, de façon automatique, par les heures de formation engrangées par une année de travail : 24 heures par an pour un travail à temps complet jusqu’à obtenir un crédit de 120 heures puis, par la suite, un crédit de 12 heures par année de travail à temps complet avec le seuil de 150 heures. Les heures acquises et non utilisées par le DIF serviront en premier lieu pour une formation puis, celles accumulées via le CPF, prendront la suite. Informez-vous à ce sujet auprès du service RH dont relève votre entreprise. 

Période de professionnalisation :

C’est une période dédiée à la formation tout en continuant son travail. Elle donne l’opportunité d’obtenir une qualification correspondant « aux besoins de l’économie prévisible à court ou moyen terme ». Elle sert à mettre à jour les compétences du salarié, à condition qu’elles soient profitables à l’entreprise. Sa durée est de 35 heures sur une année pour les entreprises ayant un effectif de 50 salariés au minimum et de 70 heures pour les entreprises employant au moins 250 salariés. La période de professionnalisation est financée par l’OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés). 

VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) :

Elle offre la possibilité à toute personne, quel que soit son âge, son statut et son niveau d’études, de faire valider son expérience par le biais d’un diplôme. Elle peut être demandée par le salarié ou l’employeur. La VAE permet l’obtention de n’importe quel diplôme, ou titre, à des fins professionnelles, sous réserve expresse qu’il soit inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Les diplômes et titres acquis sont exactement les mêmes que ceux obtenus de manière traditionnelle : aucune mention de voie d’accès n’est mentionnée.

Compte Epargne Temps (CET) :

Il permet au salarié d’engranger des droits à un congé rémunéré ou de profiter d’une rétribution, immédiate ou différée, en échange de périodes de congés ou de repos non utilisées ou des montants versés à cette fin. 

CSP (Contrat de Sécurisation Professionnelle) :

Il est destiné aux salariés qui sont licenciés économiques, dans les entreprises comptant moins de 1000 salariés, non concernées par le congé de reclassement et aux employés des sociétés en redressement ou liquidation judiciaire. Depuis janvier 2015, le CSP inclut diverses mesures visant à faciliter le retour à l’emploi : accompagnement personnalisé, droit à la formation et indemnisation.